Haïti

Charles CHEVALLIER

CHEVALLIER CHEVALLIER
x
x
x
x
x
x
Jean-Baptiste Louis CHEVALLIER dit Le Marquis de PUILBOREAU
x
Agnès Cloé NN
Charles CHEVALLIER
o ca. 1775/1800
(frères/soeurs:- Jean CHEVALLIER)

SANS DESCENDANCE CONNUE

 

 

Principale source : EPT

Source externe

Généalogie d'Haïti et de Saint-Domingue
Estelle & Jean-Paul Manuel © 1998-2009.
AVERTISSEMENT : CE SITE NE PEUT ÊTRE CITÉ COMME RÉFÉRENCE CAR IL RASSEMBLE DES DONNEES AUX ORIGINES DIVERSES QUI N'ONT PAS PU ETRE TOUTES VERIFIEES.
N'HESITEZ PAS A SIGNALER LES ERREURS.

Corrections : haiti.saintdomingue @ gmail.com
Révisé le dimanche 20 juin 2010

 

Charles ou Michel CHEVALLIER

 

Ancêtre des Chevallier des Gonaïves et du terrible Victorin Chevalier, originaire de Terre-Neuve, Chevalier commanda cette localité et celle de Port-à-Piment pour les Français en 1794 (Ces deux bourgades touchent à la Bombarde et à la Plate-Forme et ont des voies de communication avec Jean Rabel par les montagnes de Moustique.) Puis il passa dans les rangs des Espagnols, principalement sous les ordres de Toussaint-Louverture - alors au service des Espagnols-, auquel il expédia une lettre adressée par le gouverneur Laveaux, le 5 mai 1794, qui l'exhortait à reconnaître la République. Le lendemain, Toussaint lui répondit qu'il avait été égaré par les Espagnols et qu'il se verrait heureux de se placer sous le drapeau de la République. Par conséquent, Chevalier rendit la paroisse de Terre-Neuve à Laveaux.

Suite à l'arrestation du gouverneur Laveaux au Cap, le 30 ventôse an IV (20 mars 1796), Toussaint-Louverture fit arrêter Chevallier, qu'il emprisonna aux Gonaïves. Puis Chevalier se retrouva au commandement de Caracol à titre de colonel. Il se montra très dévoué à Sonthonax, qu'il favorisa dans les élections de septembre 1796.

Le 9 avril 1797, Chevallier, toujours fidèle au service de Toussaint-Louverture en sa qualité de colonel, de concert avec les colonels Moïse et Henry Christophe, contribua au succès de son chef dans la prise de Mirebalais sur les Anglais.

Le 21 octobre 1820, après la mort de Christophe, auquel il s'était dévoué sans compter, et à l'approche des troupes du président Boyer, Chevalier signa l'acte de soumission à la République. Il fut élu sénateur en 1835 et secrétaire du Sénat par la suite.

 

par Ernst et Ertha P. Trouillot
Encyclopédie Biographique d'Haïti
Les Editions SEMIS inc.
(c) Ottawa 2001