Haïti

Dr. Anténor MIOT

MIOT MEZIN RIVIERE BIGOT PAULIN
Jean-Jacques MIOT
x
Elisabeth MIOT née MÉZIN Jean Joseph RIVIÈRE
x
Marie BIGOT
x
x
Charles MIOT
x
Lésinska MIOT née RIVIÈRE
x
Vérus MIOT
x
Emila MIOT née PAULIN
Anténor MIOT
Médecin
Fondateur de l'Institut d'Assurances Sociales Haitien (IDASH) le 15 oct 1949
o vendredi 11 mai 1906 Haïti, Cayes
+ mardi 21 juin 1994 Haiti
ax Haïti, Port-au-Prince, 06/11/1938, Carmen Marie Élisabeth Véronique LARAQUE

DESCENDANCE


Avec Carmen Marie Elisabeth Véronique MIOT née LARAQUE
1 ) En vie / Living
2 ) En vie / Living
3 ) En vie / Living
4 ) En vie / Living
5 ) En vie / Living
6 ) En vie / Living (ca. 1950-)
7 ) Anténor MIOT Jr (25 décembre 1951-25 mars 1995)
8 ) En vie / Living
9 ) En vie / Living

 

 

Principale source : STL

Source externe

Autre source : ROB

Généalogie d'Haïti et de Saint-Domingue
Estelle & Jean-Paul Manuel © 1998-2009.
AVERTISSEMENT : CE SITE NE PEUT ÊTRE CITÉ COMME RÉFÉRENCE CAR IL RASSEMBLE DES DONNEES AUX ORIGINES DIVERSES QUI N'ONT PAS PU ETRE TOUTES VERIFIEES.
N'HESITEZ PAS A SIGNALER LES ERREURS.

Corrections : haiti.saintdomingue @ gmail.com
Révisé le dimanche 20 juin 2010

 

Dr. Anténor Miot

Recherche, rédaction: Vaniel Louis pour Aux-Cayes.com

 

Le 5 novembre 1906, le monde médical haitien n'est pas prêt à oublier de si tôt le nom du Docteur Anténor Miot, ce fameux chirurgien orthopédiste qui avait fait de son métier un sacerdoce et qui par ses vastes connaissances scientifiques avait révolutionné la médecine haïtienne.

Le Dr Miot naquit aux Cayes le 5 novembre 1906 des époux Vérrus Miot et Madame, née Emilia Paulin. Orphelin de mère, alors qu'il n'avait pas encore 2 ans, il fit élever par la seconde épouse de son père Madame Néiphite Montana-Badou (originaire de la Nouvelle Orléans). Il apprit á lire et á écrire á l'école maternelle Melle Eugénie Pierre (Melle Ninie pour les Cayens de l'époque). Ensuite, il entra chez les Frères de l'Instruction Chrétienne (Kay frè Katédral ou frè anba) pour ses études primaires. Il dût laisser le Lycée Philippe Guerrier des Cayes après la quatrième secondaire pour le Lycée Pétion á Port-au-Prince, car l'occupant du pays avait fermé les humanités dans les villes de province. Il sortit lauréat en classe de philo aux épreuves finales.

Le 31 juillet 1931 il fut diplômé docteur en médecin et reçut la palme de Lauréat de sa promotion des mains du président de la république, son excellence Sténo Vincent. Immédiatement après l'obtention de son doctorat, il occupa le poste de médecin de service à la section d'oto-rhino-laryngologie de l'hôpital général de Port-au-Prince. Suite à une grande inondation dans la plaine de l'Artibonite, il fut chargé de l'organisation des secours en faveur des sinistrés de Desdunes et des environs. En 1932 il fut envoyé á Port de Paix comme chirurgien assistant.

En 1933, transféré á l'hôpital Justinien du Cap-Haïtien au même titre, il y passa 3 ans. Il bénéficia d'une bourse d'études qui le conduisit en France où á Cochin et à La Salpêtrière dans les services chirurgicaux des professeurs Gosset, Mathieu, Padovani où il se spécialisa.
IL retourna á Port-au-Prince en 1937 comme chirurgien assistant à l'hôpital général et on le nomma aussi assistant professeur de pathologie chirurgicale á l'école de médecine. Cette même année, il eut l'opportunité d'opérer le président Vincent d'une hernie étranglée. Aussi, comme pour le récompenser du succès de cette intervention il fut promu Administrateur chirurgien á l'hôpital St Michel de Jacmel.

Le 11 Juin 1938, il épousa Carmen Laraque, une cayenne. Toujours en 38, il reçut du Président Vincent le diplôme de l'ordre national "Honneur et Mérite ». Trois ans plus tard, l'occasion lui était offerte de servir sa ville natale : Les Cayes. Aidé du gouvernement, des citoyens de la ville et de la mission scientifique américaine, il réalisa la construction de la maternité des Cayes. Il confia sa direction au Dr Anthonio Larrieux.

En 1945, le Dr Miot quitta sa ville natale pour les États-unis d'Amérique du nord. Il fut attaché à l'hôpital Général de Philadelphie. De là, il se rendit à Joint Diseases Hospital de New-York où il travailla sous la direction de ces professeurs Joseph Milgram, J.Buchman, Barnard Kleiger, maîtres de la pathologie infectieuse et tumorale, de la chirurgie de la colonne vertébrale, de l'orthopédie infantile. Sous leur houlette, il approfondit sa méthode et son expertise dans le domaine de la chirurgie orthopédique.

En 1946, il retourna á l'administration de l'hôpital justinien du Cap Haitien. Il allait laisser le Cap pour partir á la conquête de ses rêves les plus chers. Épris de passion pour l'orthopédie, il en avait pris goût en France. Il multiplia des démarches pour l'instauration d'une section d'orthopédie en Haïti. Confiant en ses grandes idées, le sous-secrétaire d'état de la santé d'alors, Mr Antonio Vieux sollicita et obtient l'appui du Président Estimé qui fit construire au sein même de l'hôpital général de Port-au-Prince un local devant loger un service d'orthopédie.

En 1949, le ministère de la santé créa le service orthopédique qu'il confia au Dr Miot ainsi que la chaire de chirurgie d'orthopédie instituée en 3eme et 4eme année de la Faculté de Médecine. En 1955, il partagea avec le Dr Joseph Perrier la direction intérimaire de la Faculté de médecine devenue vacante suite au décès de son doyen. Le 11 novembre 1955, il fonda avec les docteurs Bellevue, Bonhomme, Bourand, Lévêque, Pierre Louis, La Société Haïtienne de Chirurgie. Le 20 septembre, il était du groupe des médecins fondateurs du Canapé Vert et fut son premier président. En 1962, il oeuvrait au sein du conseil consultatif du département de la santé comme membre. En 1970, on le retrouva à l'OFATMA comme membre du conseil d'administration. En 1971, Le Dr Miot faisait parti de la direction de l'hôpital de l'Université d'Etat. En 1980, le Dr Médard, doyen de la Faculté réinstaura le cours Déontologie et son enseignement en fut confié au Dr Miot.

En 1984, il prit sa retraite pour mourir dans la paix le 21 juin 1994. Avec la perte du Dr Miot le monde médical haitien avait perdu un génie et l'orthopédie en HAÏTI était devenue orpheline car elle avait perdu son père.

 

Recherche, rédaction: Vaniel Louis pour Aux-Cayes.com