Minas Acadian History
Research, Interpretation & Links Web Site
Grand-Pré, Gaspereau, St-Antoine, Canards, Habitant, Pereau, Pisiquid, Cobequid
Odyssey
 

Histoire du parc

 

Lieu Historique National du Canada de Grand-Pré

Photo R. Hétu

Historique du parc
1682- Pierre Melanson et Marguerite Mius D'Entremont sont les premiers à venir s'installer à Grand-Pré. Ils sont bientôt rejoints par un nombre croissant d'acadiens de Port-Royal où les bons prés étaient tous occupés. C'est en endiguant les prés des rivières Pereau, De-La-Vielle-Habitation, Aux-Canards, St-Antoine et Gaspereau que nos ancêtres purent pratiquer une agriculture profitable.
1755- Les acadiens sont déportés vers les colonies anglaises.
1847- Henry W. Longfellow publie son poème Evangeline. Cette publication incita les touristes américains à visiter Grand-Pré.
1907- John Frederic Herbin, un descendant acadien vivant dans la région, achète le terrain où était l'église St-Charles.
1908- Le gouvernement de la Nouvelle Écosse donne au terrain le statut de lieu historique.
1917- Dominion Atlantic Railways achète le terrain devenu une halte pour le tourisme ferroviaire.
1920- Le DAR érige la statue d'Évangéline.
1922- Le DAR cède une partie du terrain à la Société L'Assomption, une mutuelle acadienne. Cette dernière débute la construction de l'église souvenir.
1924- Érection de la croix de la déportation.
1930- L'intérieur de l'église est terminé. Inauguration de l'église comme musée.
1957- Le Gouvernement du Canada acquiert le terrain.
1961- Proclamation du Lieu Historique National.
2003- Inauguration du nouveau centre d'interprétation du Lieu Historique National du Canada de Grand-Pré.
2004- Le Congrès Mondial Acadien (et votre pèlerinage à Grand-Pré)


Le Lieu Historique de Grand-Pré reçoit d'abord les visiteurs à son nouveau centre d'interprétation. Après avoir traversé le centre, les visiteurs sont dirigés soit au jardin de 16 acres ou au terrain des activités.

L'atrium du nouveau centre d'interprétation contient des kiosques d'information et d'accès. Les trois principales composantes publiques du centre sont: une salle d'exposition, une salle multimédia, et une boutique.

La salle d'exposition illustre à l'aide de plusieurs vitrines audiovisuelles, d'immenses maquettes et coupes transversales des digues et marais asséchés, la vie quotidienne des acadiens avant la déportation et pendant la diaspora.

La salle multimédia est un théâtre décoré comme la cale d'un bateau. Six écrans et projecteurs latéraux modifient le décor alors qu'au dessus de la scène sur l'écran principal se déroule le film de la déportation. De chaque coté deux écrans secondaires adjacents présentent à tour de rôle les commentaires des Britanniques, Français, Acadiens et Mi'kmaq. Dans un tel ensemble, vous vivrez l'essentiel du "grand dérangement". Observant la sortie de ce spectacle émouvant de 22 minutes, on ne peut voir que des yeux humides.

La boutique offre des livres d'histoire, de généalogie, des drapeaux, des armoiries de familles, de l'artisanat acadien, des cartes postales etc...

Quant au jardin, c'est 16 acres de plantes, arbustes, fleurs, vergers, saules centenaires, étangs, potager. Un jardin digne d'un paradis. Un sentier mène à la statue d'Évangéline, à l'église souvenir, au puits acadien, à la croix d'Herbin, à la forge, etc...


Photo R. Hétu (Eglise souvenir de Grand-Pré)

À l'église, le vitrail de la déportation, tout comme un cadran solaire et grâce au soleil, projette un trait rouge qui vient déchirer à chaque midi la plaque commémorative de la déportation située à l'entrée. La nef de l'église présente, entre autres, 6 toiles descriptives sur la déportation, signées Claude Picard. Dans le chœur de l'église, il y a un montage audiovisuel où deux enfants acadiens vous racontent en dix minutes dans leur parler ce qui leur est arrivé en 1755.

Une visite à la forge vous permettra d'examiner les curieuses raquettes à bœufs et à chevaux utilisées pour le travail dans les marais.

En saison, on érige sur le terrain des activités, de grands chapiteaux et des tentes kiosques pour abriter les réunions de familles, activités artistiques et colloques.